Nos récoltes

Qu’est-ce que la féverole?

Un peu d’histoire

La féverole a été domestiquée par l’homme au Proche-Orient dès le Néolithique. Contrairement à toutes les autres légumineuses à graine, on ne connait pas ses parents sauvages. Elle s’est étendue au Nord de l’Europe à l’âge de fer et a été importée en Chine en 2800 av JC, où elle a connu un franc succès. Curieusement elle est très peu consommée en Inde qui utilise une grande diversité de légumineuses à graine pour l’alimentation humaine. Source Terres Univia .

L’utilisation de la féverole en France

La féverole a été utilisée pour nourrir les chevaux de trait pendant la 2de guerre mondiale. Puis lorsque les chevaux ont été remplacés par les tracteurs elle a été plus ou moins abandonnée. Même si certaines personnes en ont consommé pendant la guerre lors des famines, les français ne l’ont pas intégrée dans leur mode d’alimentation, contrairement aux habitants du pourtour méditerranéen et de l’Egypte. Dans les années 2000, agriculteurs et chercheurs ont souhaité retrouver un débouché pour cette chère culture abandonnée. Ainsi des recherches ont été effectuées pour l’utiliser en tant qu’alimentation animale (saumons, volailles, etc), mais ce débouché restait toutefois peu rémunérateur pour les producteurs. Les coopératives ont alors exporté les récoltes de féveroles vers l’Egypte, demandeuse de cette protéine à bas prix. Mais ce commerce rémunérateur s’est malheureusement arrêté dans les années 2013-2015 (en savoir plus ici), laissant à nouveau notre petite féverole sans débouché rémunérateur.

La féverole, un protéagineux peu connu

Les protéagineux sont des plantes annuelles appartenant au groupe botanique des légumineuses, mais dont les graines sont très riches en protéines. La féverole est cultivée pour ses graines, et elle fait donc partie aussi des légumineuses. Ces dernières, en fonction de leur variété, peuvent être cultivées pour leurs graines mais également pour en faire du fourrage (luzerne, trèfles).

Graines de féveroles, récolte 2019

Pourquoi vouloir à tout prix réhabiliter la féverole?

Et bien voilà:
Fixation symbiotique de l’azote de l’air et assimilation de l’azote minéral du sol

La féverole n’a pas besoin d’engrais azoté

Pour pousser correctement, les plantes ont besoin d’azote. La nutrition azotée repose sur deux voies d’acquisition complémentaires: la fixation symbiotique de l’azote de l’air grâce aux nodosités et l’assimilation de l’azote minéral du sol par les racines.

Très souvent, on apporte des engrais azotés aux cultures pour assurer les bonnes récoltes. La fabrication de ces engrais de synthèse est très énergivore et est à l’origine de gaz acidifiant et gaz à effet de serre… La féverole ne nécessite aucun apport d’engrais azoté!

Mais ce n’est pas tout

Lors de la récolte, la féverole libère de l’azote qui enrichira naturellement la terre et profitera à la culture suivante (bien souvent du blé, la féverole étant un très bon précédent pour ce dernier). Les teneurs en protéines du blé qui suivra la féverole seront également plus élevées !

Féverole en fleur, 25 mai 2019

La féverole, une plante mellifère

La féverole est très appréciée par les abeilles. Elle a en plus l’avantage d’être en fleurs entre 15 mai et le 15 juin, période critique pour les abeilles qui n’ont déjà plus grand chose à butiner à ce moment là de l’année.

Les apiculteurs s’entendent avec nos producteurs et placent leurs ruches en bordure de champs. et tout le monde est content!

Champs de féveroles et ruches, à Doullens, chez Franck, producteur de féveroles.

Vous voulez la version humoristique en BD?

Les enjeux écologiques de la fabrication du Tartimouss!, c’est par ici! Bonne lecture

Nos producteurs, nos modes de cultures:

5 agriculteurs de la région ont rejoint l’aventure Graine de choc en 2019

Découvrez leur portrait, leurs exploitations et leurs conduites agricoles.

Sur les 5 exploitations agricoles qui se situent entre 10 et 80 km de nos locaux, 2 sont certifiées bio, 2 sont en cours de certification et une exploitation pratique l’agriculture de conservation des sols. Une pratique de culture que nous apprécions particulièrement.

Construisons ensemble quelque chose d’exceptionnel.