Frais de port offerts en point relais à partir de 35 €

La filière

La filière désigne l’ensemble des activités complémentaires qui concourent, d’amont en aval, à la réalisation d’un produit fini. (Insee)

Comme partout dans notre pays, les terres des Hauts de France souffrent d’un manque de cultures alternatives au blé et au maïs qui finissent pas épuiser les sols. Nos producteurs partenaires l’ont bien compris et ont la volonté de diversifier leurs cultures, en s’orientant vers des cultures plus rares et/ou abandonnées. C’est le cas de la féverole, autrefois couramment cultivée pour enrichir naturellement les sols en azote. A l’époque la féverole nourrissait les chevaux de trait dans les fermes. Mais une fois les tracteurs arrivés, le principal débouché de cette culture a disparu…

L’absence de débouché rémunérateur est donc à l’origine de l’abandon de cette culture pourtant si importante pour les sols. En effet les français ne l’ont pas intégrée dans leur mode d’alimentation, contrairement aux habitants des pays du pourtour méditerranéen et de l’Egypte. C’est d’ailleurs grâce à l’export vers l’Egypte dans les années 2000 à 2015 que la féverole a connu une nouvelle ère de gloire. Malheureusement le commerce avec l’Egypte a pris fin en 2015, coup de grâce pour notre chère féverole!

Et Graine de choc dans tout ça ?

Chez Graine de choc nous avons l’ambition (rien que ça !) de redynamiser la filière féverole en lui offrant un débouché rémunérateur : l’alimentation humaine ! Démocratiser sa consommation grâce à la création de recettes gourmandes et saines, c’est encourager les agriculteurs à la cultiver de nouveau. Et c’est aussi nourrir la planète de manière durable et faire bénéficier le consommateur de tous ses atouts nutritionnels .

Pas n’importe quelle variété pour l’alimentation humaine:

Graine de choc, pionnière dans l’utilisation de la féverole en alimentation humaine (en tant que matière 1ère) a sélectionné les variétés les plus adaptées à cet usage. En effet si toutes les variétés sont comestibles, elles ont toutefois des différences énormes. Nous avons choisi les variétés au goût le plus subtil et raffiné. Puis nous avons également fait notre sélection sur les propriétés fonctionnelles de la graine, et surtout, sur l’absence de vicine convicine, une substance ne pouvant être consommée par les personnes atteintes d’une maladie rare et génétique : le favisme. Car votre santé et votre sécurité sont notre 1ère préoccupation! La sélection variétale et la traçabilité sont les conditions indispensables à la qualité de nos produits.

Bonus: pourquoi l’export vers l’Egypte s’est-il arrêté ?

La féverole est chaque année et depuis toujours ravagée par un insecte appelé la bruche. La femelle pond dans la fleur en mai et la larve se développe dans la graine. Arrivée à maturité, la bruche sortira de la graine en la perforant, laissant un trou parfaitement rond. La bruche dégrade uniquement la qualité visuelle de la graine. Elle ne consomme pas la graine et ne dégage aucune toxine rendant impropre la consommation des récoltes bruchées. A partir de 2015, l’insecticide permettant de lutter contre la bruche a été interdit (chouette !). L’Egypte très exigeante sur la qualité visuelle des graines a refusé les récoltes fortement bruchées pour s’approvisionner en Australie notamment. Retrouvez toutes ces explications en BD en cliquant sur l’image!

%d blogueurs aiment cette page :